30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 10:00

La campagne des élections législatives est maintenant lancée depuis plusieurs jours et la situation du MoDem semble de plus en plus périlleuse. Le dernier sondage Ipsos-Logica Business Consulting crédite seulement de quelques pourcents les candidats portant l’étiquette MoDem-Le Centre pour la France.


J’ai du mal à croire que nos candidats puissent atteindre des scores si ridicules cependant, il est urgent de réagir. L’avenir du MoDem dépend de ces élections. Nous aurons sans doute quelques députés après ce scrutin grâce à certains accords locaux (Grégoire Le Blond, Gilles Artigues) où à des candidats de terrain comme Thierry Robert (Réunion). J’espère que nous pourrons également compter sur la réélection de sortants comme François Bayrou, Jean Lassalle ou Abdoulatifou Aly à Mayotte. Mais il est ici question de l’existence d’un mouvement politique, et nous savons tous que le score national des élections législatives définira une partie conséquente des finances de celui-ci.


On voit bien que la stratégie d’opposition constructive, de force centrale… n’est pas suffisante. Les sondages sont en chute libre et rien ne change, les cadres sont absents pour participer à l’enjeu pressant des élections. Le national doit aujourd’hui répondre à 3 questions des électeurs :


 - Qu’est-ce qui différencient les candidats MoDem des autres candidats ?

 - Quels intérêts pour le citoyen de voter pour ces candidats ? 

- Quel programme et valeurs défendent-ils?


Pour moi, il n’y a pas de réponses qui  soient aujourd’hui apportées dans les très rares prises de parole des responsables du Mouvement Démocrate. Les candidats présentent localement leurs propositions et défendent leurs valeurs mais que peuvent-ils sans l’impulsion d’une dynamique nationale ? Rien, assurément.


Il reste une semaine et demi pour que les cadres du parti se réveillent et enchainent enfin les plateaux TV et les déplacements sur le terrain pour apporter les réponses à ces questions et pour soutenir les candidats MoDem-Le Centre pour la France. Le temps presse.

Partager cet article

commentaires

jb 30/05/2012


ce qui m'attère le plus, c'est qu'un grégoire le blond n'est même pas investi par le Modem pour des raisons d'indépendance, qui n'empèchent pas le même modem d'investir Artigues.


la seule chance d'avoir des élus c'est l'alliance des centristes !!! pas une guerre ridicule entre les chapelles centristes.

le bal 30/05/2012


Cher David, une stratégie régionale bretonne serait prioritaire...


bon courage à vous

RUZE Daniel 30/05/2012


Merci à David GUILLERM pour cet article : c'est très bien dit ! Mais que font donc nos responsables nationaux ?Nos candidats ne valent-ils pas mieux que des bestiaux qu'on enverrait à l'abattoir
?

Profil

moi2

Nous sommes aujourd’hui face à une crise économique, sociale et environnementale sans précédent. Dans cette période confuse où les puissants voudraient nous faire croire que seule une mondialisation sans barrière pourrait nous aider, nous nous devons de leurs rappeler qu'ils sont là pour protéger leurs concitoyens et améliorer le niveau de vie de tous. De nouveaux modèles sont sur le point d’émerger et ceux-ci sont les proies de lobbies de toutes sortes. Il est impossible de savoir quel sera le modèle majoritaire de demain mais notre époque donne la possibilité à chacun d'entre nous d’influencer sa forme, c’est pourquoi nous devons combattre ces idées moutonnières qui privilégient les profits et la croissance face à un modèle plus durable et égalitaire pour les Hommes et à la redistribution des richesses.

David Guillerm,

Président des Jeunes Démocrates de Bretagne

Recherche

Web 2.0

mail2facebook.pngtwitter.pngnewsletter.jpgrss.pngmodem.jpgjdem.jpgecologie.jpgbreizhio.jpgmobile.png 

Suivez-moi sur Twitter

S'abonner à davidguillerm sur Twitter

 

Le Lab Démocrate

Catégories

Rejoignez nous!

Clics


 

Wikio - Top des blogs - Politique 

Classement local
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog