19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 15:35

Le premier tour des Elections Cantonales 2011 auront lieu demain, dimanche 20 mars. Ces élections auront connu une campagne morose de la part des politiques et des médias. Il faut avouer qu’entre les révolutions arabes et le séisme, le tsunami et la catastrophe nucléaire nippone, ces élections n’auront pas eu beaucoup de place dans l’actualité. On peut donc s’attendre demain à un très fort taux d’abstention ce qui est dramatique pour notre société en général mais aussi pour nos départements.

 

Le conseil général a aujourd’hui de nombreuses compétences. La réforme territoriale laisse à cette structure une existence jusqu’à 2014, date à laquelle nous passerons dans un autre système avec des conseillers territoriaux (ils siégeront au conseil régional et au conseil général à la fois). Malgré la mort programmée de cette structure, ces élections gardent des enjeux que les citoyens devraient réaliser.

 

Les enjeux de ces élections


Icon11-copie-1.jpgDe ma propre réflexion, je considère que les enjeux de ces cantonales restent avant toute chose, des enjeux locaux. La volonté de l’extrême-droite et de la gauche de faire de ces élections des élections nationales n’a pas de sens car ce n’est pas le conseil général qui gérera les grandes problématiques nationales. Ces discours sont aussi responsables du dégoût des citoyens de la politique car on mélange tout et on ne parle pas des vraies problématiques.

 

Pour autant, tomber dans l’extrême inverse garde une part de ridicule. L’UMP n’a quasiment pas de candidats pour ces élections ou plutôt, les candidats investis par le parti du gouvernement, n’assument pas leur étiquette et l’on pour la plupart oublié sur leur prospectus de campagne. Cacher son étiquette politique est révélateur du malaise idéologique qui existe dans ce parti.

 

Le pluralisme comme fer de lance


Les électeurs devraient avoir pour ces élections la volonté d’une représentation diversifiée dans les conseils généraux. Très souvent, cette assemblée locale regroupe deux courants qui s’affrontent de manière frontale alors que près de 90% des décisions sont prises à l’unanimité après passage en commission. Ce chiffre est extrêmement révélateur car il nous montre que ce n’est pas les idéologies nationales qui permettent de gérer un conseil général.

 

Plutôt que de voter pour une étiquette : « je vote UMP parce que je soutiens le gouvernement ou je PS car je suis de l’opposition », ce qui est totalement stérile, l’électeur devrait insister sur la volonté d’apporter dans cette structure de la diversité et du pluralisme. C’est pourquoi, pour ma part, je défends dans cette élection, le vote de la diversité. Les démocrates, les centristes, les écologistes et les partis régionaux ont tous leur place dans ce scrutin mais également dans les conseils généraux pour apporter des idées neuves.

 

Bien sûr, je pousse pour ma part l’électeur à voter pour l’étiquette démocrate qui assure la construction d'une politique durable pour les hommes, les économies et l’environnement dans l’écoute et la volonté de rassemblement. Mais si les électeurs n’ont pas l’opportunité sur leur territoire de voter pour de tel candidat, je les pousse à chercher dans leur vote la diversité.

 

Des projets et des visionnaires


Au-delà des étiquettes, l’enjeu principal de ces élections reste pour les électeurs de voter pour des visionnaires , des femmes et des hommes qui relèveront le défi de l’avenir pour faire bouger les départements et les régions.

 

Rappelons-nous que le Futuroscope vient de l’idée d’un homme, René Monory, président du Conseil général de la Vienne et également centriste. C’est parce qu’on a donné la possibilité à ce visionnaire de monter ce projet en l’élisant que le département de la Vienne s’est doté d’un outil formidable créateur de richesses et d’emplois. Ceci n’est qu’un exemple parmi beaucoup d’autres.

 

Ces différents enjeux me semblent être assez concrets pour vous le dire, demain, mobilisez-vous pour voter pour des candidats réfléchis, imaginatifs et ambitieux pour leurs départements.

Partager cet article

commentaires

Profil

moi2

Nous sommes aujourd’hui face à une crise économique, sociale et environnementale sans précédent. Dans cette période confuse où les puissants voudraient nous faire croire que seule une mondialisation sans barrière pourrait nous aider, nous nous devons de leurs rappeler qu'ils sont là pour protéger leurs concitoyens et améliorer le niveau de vie de tous. De nouveaux modèles sont sur le point d’émerger et ceux-ci sont les proies de lobbies de toutes sortes. Il est impossible de savoir quel sera le modèle majoritaire de demain mais notre époque donne la possibilité à chacun d'entre nous d’influencer sa forme, c’est pourquoi nous devons combattre ces idées moutonnières qui privilégient les profits et la croissance face à un modèle plus durable et égalitaire pour les Hommes et à la redistribution des richesses.

David Guillerm,

Président des Jeunes Démocrates de Bretagne

Recherche

Web 2.0

mail2facebook.pngtwitter.pngnewsletter.jpgrss.pngmodem.jpgjdem.jpgecologie.jpgbreizhio.jpgmobile.png 

Suivez-moi sur Twitter

S'abonner à davidguillerm sur Twitter

 

Le Lab Démocrate

Catégories

Rejoignez nous!

Clics


 

Wikio - Top des blogs - Politique 

Classement local
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog