3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 14:00

On entend beaucoup parler de la crise grec et de ses conséquences pour l'Europe. Pourtant, on ne sait pas forcément pourquoi cette crise s'est déclarée et quels seront les éléments à changer pour éviter qu'elle n'arrive à nouveau. J'ai trouvé quelques éléments de réponse dans une chronique d'Amid Faljaoui que vous pouvez retrouver ci-dessous.

 

gr5m

 

La fraude fiscale comme deuxième nature

 

La Grèce devrait pouvoir enfin souffler,l’accord européen pour débloquer une aide d’urgence à la Grèce a été conclu ce dimanche. Le montant de l’aide sera nettement plus élevé qui ce qui avait d’abord été prévu et le premier ministre Grec n’a pas caché à ses compatriotes qu’ils vont devoir se serrer la ceinture car leur pays devra emprunter au rythme de 60 milliards d’euros par an pour boucler les fins de mois.

 

Mais comment en est-on arrivé là ? Bien entendu, si on est arrivé là, c’est parce que les différents gouvernements grecs qui se sont succédé au pouvoir ont trafiqué les comptes et ont donc donné une image fausse des finances publiques grecques aux marchés financiers. Ces mêmes marchés financiers le leur font payer au centuple aujourd’hui tout cela, chacun le sait, mais la vraie question, c’est pourquoi avoir trompé le monde entier avec des chiffres faux ?

 

A cette question, le journal le New York Times, qui reste la référence mondiale, a tenté de répondre via une enquête approfondie en Grèce. Le constat du journal new yorkais est terrible, la fraude fiscale est plus qu’un sport national en Grèce, c’est une véritable philosophie de vie. Je vous en donne un exemple : récemment, les habitants d’un quartier chic au nord d’Athènes ont dû cocher leur déclaration fiscale – à la question : avez-vous une piscine, seulement 324 personnes ont répondu OUI. Le fisc a contrôlé ces déclarations à l’aide de Google Maps, vous savez, c’est ce logiciel mis à disposition par Google et qui vous permet d’avoir une vue satellitaire de votre quartier et donc aussi de votre maison. Le résultat, c’est qu’il y avait 16 974 piscines dans ce quartier chic du nord d’Athènes, on est loin des 324 piscines déclarées –

 

Les économistes évaluent à environ 20 à 30% du PIB le montant de l’économie en noir en Grèce. Pour vous donner un autre exemple, sur un pays de 11 millions d’habitants, seulement quelques dizaines de milliers d’entre eux déclarent gagner plus de 132 000 dollars, ce qui est évidemment impossible. De même, lorsque le fisc local va contrôler 150 médecins, à nouveau dans un quartier chic d’Athènes, tous déclarent des revenus inférieurs à 40 000 dollars par an. Quand on connait les prix des loyers du quartier en question, là encore, on sait que c’est rigoureusement impossible.

 

Mais voilà, la fraude fiscale est une deuxième nature, pas seulement chez les professions libérales, les taxis, les restaurateurs, c’est également une seconde peau pour beaucoup de fonctionnaires et notamment les contrôleurs du fisc qui, selon l’enquête du New York Times, sont souvent les plus corruptibles. A leur décharge, les historiens de la Grèce justifient cette sous-évaluation fiscale par le fait que la Grèce a été occupée par les Turcs et donc, l’Etat pour beaucoup de Grecs, c’est l’occupant étranger à qui il ne fallait pas faire de cadeau. Le problème, c’est que les Ottomans sont partis depuis longtemps, mais que cette mauvaise habitude est restée... Tout le monde a fermé les yeux, mais aujourd’hui, ce sont les marchés financiers qui ont réveillé les Grecs, un réveil douloureux pendant 10 ans au moins !

Partager cet article

David Guillerm - dans Europe
commenter cet article

commentaires

Profil

moi2

Nous sommes aujourd’hui face à une crise économique, sociale et environnementale sans précédent. Dans cette période confuse où les puissants voudraient nous faire croire que seule une mondialisation sans barrière pourrait nous aider, nous nous devons de leurs rappeler qu'ils sont là pour protéger leurs concitoyens et améliorer le niveau de vie de tous. De nouveaux modèles sont sur le point d’émerger et ceux-ci sont les proies de lobbies de toutes sortes. Il est impossible de savoir quel sera le modèle majoritaire de demain mais notre époque donne la possibilité à chacun d'entre nous d’influencer sa forme, c’est pourquoi nous devons combattre ces idées moutonnières qui privilégient les profits et la croissance face à un modèle plus durable et égalitaire pour les Hommes et à la redistribution des richesses.

David Guillerm,

Président des Jeunes Démocrates de Bretagne

Recherche

Web 2.0

mail2facebook.pngtwitter.pngnewsletter.jpgrss.pngmodem.jpgjdem.jpgecologie.jpgbreizhio.jpgmobile.png 

Suivez-moi sur Twitter

S'abonner à davidguillerm sur Twitter

 

Le Lab Démocrate

Catégories

Rejoignez nous!

Clics


 

Wikio - Top des blogs - Politique 

Classement local
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog