30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 10:45

1278788003_545def5d72.jpgNous observons depuis le début de l’été un feuilleton politique digne d’un film de cinéma. L’affaire Bettencourt-Woerth aura alimenté tout le mois de juillet et devrait continuer à faire parler durant le mois d’aout. Certains se féliciteront que ce scandale n’ait percé médiatiquement qu’à partir de l’été car les français s’intéressent moins à la politique durant cette période et préfèrent penser à autres choses. Pourtant, nous sommes peut être arrivé à un point de non retour  et l’affaire Bettencourt-Woerth appelle à un retour médiatique de beaucoup d’autres choses.

D’ailleurs, rappelons-nous le scandale des notes de frais en Angleterre qui a touché durablement la classe politique britannique. La France est peut être arrivé à cette période où il est temps d’assainir durablement le milieu politique.

Le Chef de l’Etat l’avait promis, il n’y avait qu’Alain Joyandet et Christian Blanc qui avaient abusé des deniers publics. Mais déjà les médias pointent d’autres excès  de la part de ministre comme Valérie Pécresse ou nous rappelle comment des partis sans existence électorale arrivent à se financer avec l’exemple du Nouveau Centre et des micro-partis.

Au début du mois de juillet, le gouvernement était obligé de poser de nouvelles règles de rigueur pour les ministres signifiant à quel point certains pouvaient abusés depuis 3 ans. Elle est loin la République irréprochable de Nicolas Sarkozy mais il est aussi très loin l’idéal politique auquel chaque citoyen voudrait se raccrocher.

Rappelons-nous le cas Pérol, ce conseiller de Sarkozy devenu PDG du groupe BPCE, le cas Jean Sarkozy aidé par papa pour devenir Président de l’Epad, et ceci sans compter l’affaire Clearstream et d’autres affaires touchant la gauche comme la droite.

Comment vouloir faire croire aux français que les politiques ne sont pas pourris après de tels affaires/soupçons/scandales/abus ?

La question n’est même plus aujourd’hui de savoir si ces évènements sont véridiques. Ce que nous devrions chercher à savoir, c’est si nous pouvons laver la vie politique de ces affaires. L’Homme a ses faiblesses mais c’est l’encadrement des pratiques qui devrait empêcher tous les soupçons possibles.

La rigueur ne doit pas seulement passer par des réalités financières, c’est dans la pratique de la politique que chaque citoyen devrait demander de l’irréprochabilité et que chaque Homme politique devrait construire son engagement.

Revaloriser la vie politique passe aussi par chacun d’entre nous. Nous avons tous le devoir de nous y intéresser, de ne pas voter pour celui qui a abusé et surtout de défendre ses idées  avec respect et détermination.

Partager cet article

Published by David Guillerm - dans France
commenter cet article

commentaires

Profil

moi2

Nous sommes aujourd’hui face à une crise économique, sociale et environnementale sans précédent. Dans cette période confuse où les puissants voudraient nous faire croire que seule une mondialisation sans barrière pourrait nous aider, nous nous devons de leurs rappeler qu'ils sont là pour protéger leurs concitoyens et améliorer le niveau de vie de tous. De nouveaux modèles sont sur le point d’émerger et ceux-ci sont les proies de lobbies de toutes sortes. Il est impossible de savoir quel sera le modèle majoritaire de demain mais notre époque donne la possibilité à chacun d'entre nous d’influencer sa forme, c’est pourquoi nous devons combattre ces idées moutonnières qui privilégient les profits et la croissance face à un modèle plus durable et égalitaire pour les Hommes et à la redistribution des richesses.

David Guillerm,

Président des Jeunes Démocrates de Bretagne

Recherche

Web 2.0

mail2facebook.pngtwitter.pngnewsletter.jpgrss.pngmodem.jpgjdem.jpgecologie.jpgbreizhio.jpgmobile.png 

Suivez-moi sur Twitter

S'abonner à davidguillerm sur Twitter

 

Le Lab Démocrate

Rejoignez nous!

Clics


 

Wikio - Top des blogs - Politique 

Classement local
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog